CR de conférences recherche-action

La recherche-action, démarche de développement social


19 juin 2016

 

Lors d’un colloque sur le développement social et la recherche-action en mai, Repaira, Aster International et la revue d’éducation permanente nous invitaient à réfléchir sur ses effets en termes de renforcement des compétences, sur la recherche-action formation et sur la transformation sociale.

 


3 points à retenir :

1- La recherche-action, qui a pour effet de conscientiser les savoirs tacites, est une démarche de renforcement des compétences et capacités.

2- La recherche-action-formation, prenant appui sur la maïeutique et le récit, fait ressortir les kaïros, les moments décisifs qui font changer.

3- La recherche-action collective avec un objectif de transformation sociale est source d’empowerment : la capacité des personnes et des communautés à avoir du pouvoir sur leurs changements.

 

Le renforcement des compétences et des capacités

La recherche-action permet de renforcer les compétences et les capacités. Ainsi, une recherche-action (RA) qui visait une dynamique de développement socio-économique, a été menée avec des femmes d’Afrique de l’ouest (Bénin, Burkina Faso, Maroc, Sénégal). Cette RA leur a permis de conscientiser les savoirs qu’elles portent, grâce à des relais d’écrivains et de portes-parole alors même qu’elles ne savaient ni lire ni écrire pour 80% d’entre elles. Cette RA a donné confiance à ces femmes et des changements de comportements ont été observés : une grande partie des femmes qui ont participé à cette démarche ont ensuite été alphabétisées, certaines ont été élues dans leurs villages ou dans les chambres de commerce.

 

La recherche-action se développe à grande échelle en Amérique latine, ainsi au Brésil un grand nombre de RA portent sur la santé, l’éducation, l’agro-écologie et la lutte contre la pauvreté. Dans un contexte du retour en force de pratiques néo-libérales, des précautions doivent être prises pour que la RA ne devienne pas banalisée comme une simple technique de consultance parmi d’autres ; en effet dans la tradition de Paolo Freire la RA suppose toujours l’esprit critique et l’engagement. Un grand congrès international aura lieu en Colombie en 2017, fêtant le quarantième anniversaire du premier congrès international de recherche-action participative de 1977.

 

A Coopaname, coopérative d’activité et d’emploi où les outils de travail et de production sont partagés entre tous les entrepreneurs, il y a une exigence de recherche-action, un aller-retour entre l’utopie et la pratique. Coopaname, qui est un objet social et économique en construction un peu non identifié, réfléchit à ce qu’elle est en train de devenir. En pratique, elle s’ouvre donc à l’extérieur, en faisant par exemple venir des chercheurs ou avec des conventions industrielles de formation par la recherche (Cifres) avec des doctorants et ses entrepreneurs se mettent constamment en posture de chercheurs, de distanciation, avec notamment la création d’une commission recherche et l’organisation d’une université. Les entrepreneurs en CAE sont souvent dans une démarche de construction d’un projet de vie, dans une recherche sur l’éthique d’un métier qui s’inscrit dans une reconversion professionnelle ou un parcours de vie. La CAE accompagne les personnes dans leurs projets professionnels à l’intérieur d’une entreprise collective, grâce à la maïeutique.

 

 

La recherche-action-formation : un art du kaïros ?

Pascal Galvani, Ph D., professeur à l’université du Québec à Rimouski a parlé des kaïros : les moments-clés décisifs qui font changer.

 

Citant la maïeutique en 4 temps de Desroche, il s’appuie sur le trajet qui traduit le savoir incorporé, tacite. Ce trajet est accouché dans le récit, par un projet. Lorsque la personne parle, raconte, elle s’implique et cela fait émerger « le trajet ». A l’université du Québec, la recherche en « première personne » est beaucoup prônée, elle correspond au travail sur son histoire de vie. Il s’agit de prendre conscience des instants-pivots des histoires de vie.

 

 

La recherche-action collective au service de la transformation sociale

Le Secours Populaire a mené une recherche-action (RA) dans le but d’améliorer la solidarité avec les personnes accueillies. Après un questionnaire soumis aux bénévoles et responsables, sont apparues la nécessité d’accorder plus de temps à l’accueil des personnes et la nécessité de changement face à un flux croissant de personnes à accueillir. Cette RA qui a duré 5 ans a permis de faire ressortir des idées nouvelles et de développer l’esprit d’équipe. Des comités départementaux ont été créés pour réfléchir à mieux organiser l’accueil des personnes en grande précarité et les locaux ont été aménagés pour un meilleur accueil.

 

Certaines limites de cette expérience ont été soulignées, comme le manque de structuration et de fond d’ateliers de recherche-action collective. Une validation des acquis de l’expérience de cette RA était prévue, mais la solution pour la mettre en place n’a pas été trouvée. Non seulement on se demande, avec une question soulevée dans la salle, ce qui différencie cette démarche d’une activité de conseil, mais de plus, on peut interroger l’absence de participation des personnes accueillies alors qu’elles sont les bénéficiaires directes de la problématique posée.

 

 

Aucune instance officielle n’a défini ce qu’est exactement la recherche-action, car c’est une méthodologie qui vise à produire le savoir. Outil de conscientisation du parcours, s’appuyant sur la maïeutique (l’art de faire accoucher la connaissance tacite d’une personne), elle met en relief les savoirs implicites issus de l’action et de l’expertise.

 

Elle joue un rôle au service de l’empowerment, qui est la capacité des personnes et des communautés à avoir du pouvoir sur leurs changements, selon la définition de Julian Rappaport, professeur de psychologie, Ph.D. de l’Université de Rochester.

 

 

Roland Colin, anthropologue et économiste, qui a connu Henri Desroche (sociologue, pédagogue et spécialiste des coopératives ; 1914-1994) s’est référé avec beaucoup d’humour aux proverbes africains, utilisés comme points d’appui pédagogiques. La recherche-action se définit alors ainsi : « La réflexion de ceux qui taillent un collier au cou du lion ne va jamais si loin que celle de ceux qui l’attacheront ». Cette référence aux proverbes africains m’a immanquablement rappelé une note de 2004 de l’INTRAC (International NGO Training And Research Centre) « L’utilisation des proverbes africains dans le cadre du renforcement des capacités organisationnelles ». C’est peut-être cette lecture qui m’a inspiré l’utilisation d’un proverbe africain auprès d’étudiants-entrepreneurs à qui je parle de l’économie sociale et solidaire : « Pour savoir où tu vas, regarde d’où tu viens » ? ;-)

 

 

La recherche-action vue sous ces différents angles, aussi bien comme renforcement des compétences, démarche de formation-maïeutique ou de transformation sociale, relève toujours d'une situation d’égalité et d’échange.

 

 

Christèle Lafaye, Fondatrice de Cleeress

 

Et vous ?

Avez-vous développé une démarche de recherche-action dans une entreprise de l’ESS dans un but de renforcement des compétences ?

Avez-vous expérimenté une recherche-action collective dans une optique de transformation sociale ?

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

Pour aller plus loin :

Studies in Empowerment : introduction to the Issues. Prevention in Human Services. 3.  pages 1-17, Julian Rappaport,1984

 

Terms of empowerment/exemplars of prevention: toward a theory for community psychology.Américan Journal of Community Psychologie, 15, 121-148, Julian Rappaport, 1987

 

L’utilisation des proverbes africains dans le cadre du renforcement des capacités organisationnelles, Chiku Malunga avec la participation de Rick James, note praxis n°6 INTRAC

 

Les auteurs et les acteurs de la recherche coopérative comme recherche-action, Sciences sociales de la coopération, janvier-février 1982

 

Article de notre blog La recherche-action, les origines (épisode 1)

 

Vidéos de la conférence

 

 

Rubrique : recherche-action

Catégorie : conférence recherche-action

Mots-clés : recherche-action, compétences, formation, savoir, empowerment


 

Les tweets de Cleeress :



Partager cet article


Partager cet article