Ressources emploi-RH ESS

L’ESS : gisement d’emplois, sous contrainte ?


13 janvier 2016

 

La journée de travail du 1er octobre 2015, lors de la convention nationale de l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire (UDES) a permis de faire le point sur la visibilité de l’ESS et ses dynamiques en termes de développement et d’emploi en ciblant l’économie circulaire, la silver économie et l’économie numérique.

 

Ces trois thématiques ont été mises en perspective entre elles, ce qui a enrichi les échanges et permet d’ouvrir le débat sur les différences entre l’économie collaborative et l’économie sociale et solidaire.


3 points à retenir :

1- Au-delà des possibilités de sortie de crise ou d’une fonction de « réparation », l'ESS porte aussi de nouveaux modèles de croissance plus adaptés aux problématiques et enjeux actuels de la société.

2- D’après un sondage IFOP, l’ESS est un “secteur” crédible dont l'image change notamment auprès des entreprises, mais il y a encore une marge de manœuvre.

3- L’ESS a un fort potentiel de développement mais il faut s’interroger sur la qualité de l’emploi, les conditions de travail et les évolutions récentes de nouvelles formes d’emploi hors salariat.

 

Nouveau mode d’entreprendre, l’économie sociale et solidaire (ESS) est à la pointe dans les secteurs de la « nouvelle économie » : économique numérique, économie circulaire, silver économie. Il faut ainsi dépasser l’image d’une seule fonction réparatrice de l’ESS et ne plus cantonner l’ESS à ce qu’elle apporte comme réponse à la crise (emploi non délocalisable….). Certes la différence de l’ESS réside notamment dans la création de valeurs, l’utilité sociale ou la démocratie participative. Mais, comme l’a expliqué Daniel Cohen, Professeur de sciences économiques à l’Ecole Normale Supérieure et à l’Université Paris I, la force de l’ESS tient à ses capacités d’innovation et de compréhension des enjeux actuels de la société post-industrielle, résolution des externalités négatives (en apportant des solutions de covoiturage par exemple), de coopération avec une grande diversité d’acteurs sur les territoires et surtout d’adaptation aux dynamiques locales (le vieillissement des populations, dans la silver économie). Une de ses fragilités demeurant dans les modèles économiques et sa capacité à rester fidèle à ses valeurs (une économique plus durable, plus soucieuse des ressources / richesses humaines) alors qu’elle se retrouve aussi en concurrence avec des acteurs de l’économie « classique ».

 

 

L’UDES a fait réaliser par l’IFOP un sondage sur la perception de l’ESS en tant que nouveau relais de croissance, auprès du grand public et de dirigeants d’entreprise (1207 personnes au total). Environ ¼ des répondants sait exactement ce dont il s’agit et 50% connait plus ou moins. Trois personnes sur quatre et 70% des dirigeants en ont déjà entendu parler. Il demeure une marge de progression possible sur la reconnaissance des valeurs de l’ESS : plus de la moitié des répondants grand public n’associe pas l’ESS et ses valeurs.

 

A part l’économie numérique, près de 70% des sondés connaissent mal ou pas la silver économie, l’économie collaborative ou circulaire. S’il y a une plus grande reconnaissance de l’ESS, qui est largement perçue comme dynamique, audacieuse, en phase avec les évolutions de la société, elle reste cependant associée au renforcement du lien social. Sa compatibilité avec la réalité de l’économie, la recherche du profit, la rentabilité pose encore question, notamment parmi les dirigeants (56% pense que l’ESS n’est pas rentable, 48% qu’elle n’est pas en phase avec l’économie, 40% qu’elle n’est pas crédible). Malgré tout, l’image des employeurs de l’ESS est bonne. Pour savoir s’il y a eu rupture dans la perception globale de l’ESS, il faudrait sans doute refaire régulièrement cette enquête.

 

 

Le rôle de l’ESS en matière de développement et de croissance repose entre autre sur ses capacités à générer de l’emploi et sur les besoins en recrutement liés notamment aux départs en retraite (608 000 emplois d’ici 2020, soit un actif sur quatre, d’après une étude du CNCRES, sept. 2011). Avec 200 000 structures et 2 380 000 millions de salariés, l’ESS représente 12,7% de l’emploi privé en France, avec une progression de 24 % depuis 2000 (soit un accroissement annuel moyen de +2 % jusqu'en 2010 et un maintien global depuis). D’après l’UDES, 1 emploi sur 5 créé chaque année, l’est par les entreprises de l’ESS, soit plus de 100 000 emplois.

 

Demeurent cependant de nombreux enjeux. Au centre des questionnements : la santé des structures et de leur modèle économique (organisation des financements, arrivée de concurrents du secteur privé marchand); la qualité de l’emploi et des conditions de travail (précarisation d’une partie des salariés, impacts de la révolution numérique) et l’évolution « hors salariat » des formes de travail.

 

Ainsi, dans la silver économie, le recours au numérique permet l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées mais cela ne doit pas se faire au détriment des relations humaines et de l’emploi. En outre, la révolution numérique peut être une opportunité (outils, évolution des postures professionnelles, de l’implication des usagers et des parents….) mais suppose une transition qui doit être accompagnée. Avec le développement de plateformes d’échanges, elle questionne aussi l’ESS sur son identité : l’économie collaborative n’est pas toujours une économie sociale et solidaire, l’enjeu serait alors non plus le seul partage de la consommation mais bien celle des valeurs et principes de l’ESS.

 

 

Karine Tourné Languin, Sociologue

 

Et vous ?

Comment renforcer le modèle économique des entreprises de l’ESS et leur capacité à être fidèles aux valeurs qu’elles revendiquent ?

 

Quelle différence faites-vous entre économie collaborative et économie sociale et solidaire ?

 

 

Pour aller plus loin :

programme de la journée

résultats du sondage IFOP
Les pages du site internet de CLEERESS sur les statistiques de l’emploi et du travail dans l’ESS et les offres d'emploi dans l'ESS

Le rapport remis le 6 janvier 2016 par le Conseil national du numérique Travail Emploi Numérique : Les nouvelles trajectoires
Sur l’économie collaborative et l’ESS : article du 3 janvier 2016, Nouvel Obs et Rue 89, interview d'Hugues Sibille, Président du Labo ESS L'économie collaborative accroit les inégalités patrimoniales

 

Les tweets de Cleeress - #ConventionUDES :



Mots-clés : emploi, travail, silver économie, économie numérique, économie circulaire

Partager cet article